légendes de Palma

Sa mà des moro (La main du Maure)

Retourner au blog
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email
Partager sur pinterest

Légendes de Palma - La main du Maure

C’était au XVIIIe siècle, exactement le 18 octobre 1731, lorsque le prêtre Martí Mascort a été retrouvé poignardé à mort dans sa maison de la rue de Sa Guixeria. C’était une confluence avec la rue du Monténégro, aujourd’hui connue sous le nom de rue Sa Mà des Moro (la main du Maure).

Don Martín Mascort, un prêtre d’une paroisse voisine qui vivait dans une maison pauvre et son existence frisait la misère… jusqu’au jour où la fortune voulut qu’en frappant une des cloisons, le mur cède, découvrant l’existence d’une chambre cachée. Devant les yeux étonnés du révérend, un fabuleux trésor apparut, trois pots en terre pleins d’or dont la immense valeur étonna le prêtre.

L’humble maison est rapidement devenue un beau manoir et Don Martín a emmené un domestique maure, le beau jeune nommé Ahmed et aussi une femme de ménage âgée confiée aux soins de sa nièce, Maria, qui vivait avec lui.

 

 

Bientôt, un amour passionné éclata dans l'âme des deux jeunes hommes.

Ahmed était conscient des obstacles de sa race et de sa religion, alors il a promis à la fille qu’il deviendrait chrétien s’il acceptait de l’accompagner en Afrique, où un grand héritage l’attendait qui ferait de lui un homme riche. Dès qu’il serait chrétien, ils reviendraient demander le pardon de l’oncle.

C’était le 18 octobre 1731, la nuit prévue pour l’évasion. À l’abri dans l’obscurité, Ahmed et Maria atteignirent la jetée, mais sous prétexte de ramasser quelques vêtements supplémentaires, le garçon revint sur ses pas, entra dans la maison et atteignit la chambre du prêtre où il dormait profondément.

Ahmed n’a pas hésité, et l’a poignardé à mort le laissant allongé dans une mare de sang. Puis il a commencé à chercher les clés du coffre, où il savait qu’il avait toute sa fortune. Alors qu’elle fouillait dans les tiroirs, la femme de chambre entra dans la pièce et voyant la scène elle se mit à crier de telle manière qu’elle réveilla tous les voisins.

Aveuglé par la panique, il cherchait désespérément la sortie sans succès. Finalement, il a réussi à s’échapper, mais il a frappé les shérifs autour qui ont été attirés par les cris du quartier. Ahmed a donc été arrêté et Maria a terminé ses jours dans un couvent.

 

 

 

leyendas de Palma
Calle de la mà del moro

Le 15 novembre, la condamnation à mort a été notifiée.

Avant l’exécution, Ahmed devait être traîné dans les rues et sa main droite coupée. Mais ces circonstances ont été modifiées, reportant la mutilation jusqu’à la mort, car le prisonnier s’était converti au christianisme (et les parrains étaient le directeur de la prison et sa femme).

Après l’exécution, le bourreau ou « nez de vache » ou botxí (comme on les appelait en raison du type de cagoule qu’ils portaient semblable au nez d’une vache), conformément à la peine, lui a coupé la main droite et les autorités l’ont placé dans une niche protégée par une clôture de fer juste dans le portail du prêtre assassiné. Pour que le peuple puisse contempler la leçon appliquée à un vil assassin.

C’est là que la rue est devenue connue sous le nom de carrer de sa mà des moro. Le reste du corps a été incinéré à proximité du couvent d’Itria, situé près de l’actuelle rue General Riera.

Ce qui est curieux dans cette histoire, c’est que le 15 novembre 1731, non seulement Ahmed est mort mais deux autres personnes: sa bien-aimée Maria, morte de chagrin; et la femme de ménage sur le chemin du retour.

En 1840, c’était encore sa mà des moro derrière une clôture de fer.

La maison a été rénovée et la main a disparu, mais la clôture a duré plus longtemps. L’âme tourmentée d’Ahmed serait toujours là alors que les voisins entendaient des sons effrayants dans la région. On dit que tous les 15 novembre, des voix et des chaînes sont entendues traînées à travers la zone du manoir, les bruits de la main grattant l’obscurité et les gouttes de sang jusqu’à l’aube.

 

 

Tour Teatro – visites guidées à Palma et Majorque